béquille

béquille [ bekij ] n. f.
• 1611; de béquillon « petit bec, traverse ayant la forme d'un bec » XVIe
1Bâton surmonté d'une traverse sur laquelle on appuie l'aisselle ou la main pour se soutenir lors de la marche. canne. Marcher avec des béquilles. « il marche à l'aide d'une béquille de bois placée sous l'aisselle » (Robbe-Grillet). Fig. Soutien. « Les béquilles du raisonnement » (Proudhon).
2Bec-de-cane.
3Techn. Instrument ou dispositif de soutien, de support pour maintenir debout, dans une position particulière. 2. cale, 2. étai, étançon, tin. Béquille de motocyclette, de queue d'avion. Béquille de fusil mitrailleur. Béquilles d'un bateau.

béquille nom féminin (moyen français becquillon, petit bec, avec influence de l'ancien français anille, béquille) Appareil permettant à un handicapé ou à un traumatisé des membres inférieurs de se déplacer sans prendre appui sur ceux-ci. Pied amovible ou escamotable permettant de maintenir un ensemble dans une position stable (véhicule à deux roues à l'arrêt, excavatrice ou drague en position de travail, fusil-mitrailleur, etc.). Organe de manœuvre commandant le pêne demi-tour des serrures verticales. ● béquille (expressions) nom féminin (moyen français becquillon, petit bec, avec influence de l'ancien français anille, béquille) Pont à béquille, pont dont l'ossature porteuse principale comporte des poutres ayant des appuis verticaux ou obliques encastrés dans le tablier (poutres à béquilles).

béquille
n. f.
d1./d Instrument orthopédique aidant à la marche, composé d'une ou deux tiges surmontées d'un coussinet qui sert d'appui sous l'aisselle.
|| Canne anglaise.
|| Fig. Appui, soutien.
d2./d Poignée de serrure.
d3./d Pièce destinée à soutenir, à étayer. Béquille de queue d'avion, de navire en carénage.

⇒BÉQUILLE, subst. fém.
A.— 1. Gén. au plur. Sorte de canne munie à sa partie supérieure d'une traverse et à sa partie médiane d'une poignée, sur laquelle les handicapés moteurs appuient l'aisselle et la main pour s'aider à marcher. Marcher avec des béquilles; les porteurs de béquilles (BAUDELAIRE, Les Fleurs du Mal, 1857-61, p. 145; JAMMES, Les Géorgiques chrétiennes, Chants 5 à 7, 1912, p. 55); les gens de béquille (BARBIER, Ïambes et poèmes, Il pianto le campo santo, 1840, p. 110) :
1. ... un voyage de quinze jours qu'il avait fait en 1776 à Berlin, d'où il n'avait rapporté, pour tout avantage, (...), qu'une canne en forme de béquille, ...
JOUY, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 4, 1813, p. 125.
2. ... elle aperçut au chevet du lit la béquille, compagne obligée de l'infirme.
GIDE, Les Caves du Vatican, 1914, p. 702.
P. métaph. :
3. Ils avaient beau médire de la littérature : il leur fallait une béquille littéraire sur laquelle s'appuyer. Étranges béquilles! Christophe remarqua la puérilité bizarre des sujets qu'ils s'astreignaient à peindre.
R. ROLLAND, Jean-Christophe, La Foire sur la place, 1908, p. 689.
P. ext., région. Échasse (Canada 1930; DUL. 1968).
Fam. Vieille béquille. ,,Homme d'un jugement faux; radoteur`` (Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.).
Arg. ,,Potence de pendaison`` (ESN. 1966). ,,Jambe(s)`` (SANDRY-CARR. 1963).
2. P. méton., le plus souvent au sing. Poignée perpendiculaire d'une canne, sur laquelle on peut prendre appui de la main. Une canne à béquille :
4. Vieille et percluse au point de ne marcher qu'avec deux cannes d'ébène à béquille d'argent, (...), elle visite les malades et surtout veille les morts.
BERNANOS, Nouvelle histoire de Mouchette, 1937, p. 1327.
Béquille d'une ombrelle (COLETTE, Claudine s'en va, 1903, p. 62), Béquille d'un parapluie (R. MARTIN DU GARD, Devenir, 1909, p. 95).
B.— P. anal. dans de nombreux domaines techn.
1. [P. anal. de fonction]
a) Instrument ou dispositif servant de support, d'appui :
5. ... un acacia de Virginie, étayé de béquilles de fer, garni de plâtras comme un mur, avec des branches nouées comme les doigts d'un géant goutteux.
P. BOURGET, Le Disciple, 1889, p. 216.
b) Dispositif servant à immobiliser ou à maintenir un véhicule.
AVIAT. ,,Pièce placée à l'extrémité du fuselage d'un avion, pour assurer sa stabilité au sol`` (GUILB. Aviat. 1965).
CH. DE FER. ,,Sorte de tiges articulées et armées de petites griffes ou pattes qui leur permettent de prendre un point d'appui solide sur le sol, à la manière des jambes de l'homme, (...), pour faire avancer une locomotive sur les rails`` (CHESN. 1857).
MAR., le plus souvent au plur. Pièce(s) servant à maintenir debout un navire de petit tonnage reposant sur sa quille :
6. Depuis le moment où le jusant se fit sentir, sa bande sur tribord s'était de plus en plus accusée. À six heures du matin, à la mer basse elle atteignait son maximum d'inclinaison, et il parut inutile d'étayer le navire au moyen de béquilles.
VERNE, Les Enfants du capitaine Grant, t. 3, 1868, p. 48.
TRAV. PUBL. Pont à béquilles. ,,Pont constitué par une poutre à béquilles`` (Lar. encyclop. Suppl. 1968). Poutre à béquilles. ,, Poutre solidaire de ses appuis verticaux aux extrémités`` (Lar. encyclop. Suppl. 1968).
2. [P. anal. de forme] Objet comportant une extrémité coudée ou une traverse. ,,robinet de puisage, forme béquille, tête à croisillon``(Catal. d'instruments de lab. [Jouan], 1933, p. 8 ).
Poignée. Spéc. Clenche dont la poignée est en forme de bec-de-cane :
7. La porte s'ouvrait, de l'extérieur, par une béquille nickelée.
R. MARTIN DU GARD, Les Thibault, L'Été 1914, 1936, p. 117.
,,Pièce mécanique de transformation du mouvement, coudée en forme de té ou de potence`` (LHOSTE-PÈPE 1964).
AGRIC. ,,Instrument en forme de ratissoir qui sert à donner un léger labour à certaines cultures`` (CHESN. 1857); cf. aussi béquillon2).
ARM. Sorte de poignées fixée sous la batterie des anciens fusils de chasse pour prévenir les accidents (cf. Lar. 19e, LITTRÉ, Nouv. Lar. ill.).
CHIR. ,,Extrémité coudée d'une sonde`` (Méd. Biol. t. 1 1970). Sonde à béquille ou béquille. Sonde à extrémité recourbée (Catal. d'instruments de chir. [Collin], 1935, p. 306).
NAV. FLUVIALE. ,,Perche munie d'une traverse qui sert à mouvoir le gouvernail des bateaux de charbon, radeaux, etc. (syn. béquette)`` (DG).
Couteau à béquille. ,,Celui qui est pourvu de deux lames dont l'une demeure dans le manche lorsque l'autre en est sortie`` (CHESN. 1857).
PRONONC. :[bekij]. Demi-longueur et longueur pour respectivement dans PASSY 1914 et BARBEAU-RODHE 1930.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. 1611 « bâton, soutien pour les infirmes » (COTGR.); p. ext. 1906 arg. « jambe » (cité dans CHAUTARD, [i]Vie, 214 : Faire aux béquilles, saisir promptement les jambes); d'où 2. 1831 mar. (WILL. : Béquilles ... Espèce de mâtereaux servant de chaque bord d'un petit bâtiment fin, lorsqu'il est échoué pour le tenir droit); 3. p. anal. de forme a) 1782 agric. (Abbé ROZIER, Dict. universel d'agric., Paris, t. 2, p. 200, s.v. béquiller : La béquille est un instrument de fer recourbé); b) 1821 (ANSIAUME, Arg. en usage au Bagne de Brest, f. 6, r°, § 54 : Béquille. [Potence.] En approchant de la béquille il a mangé le morceau à l'engueuseur); c) 1867 serr. (Lar. 19e : Béquille [...] Sorte de bouton qui s'adapte aux serrures au moyen d'une tige de fer).
Prob. dér. régressif de béquillon1 « petit bec », peut-être sous l'infl. de anille « béquille », la traverse supérieure de celle-ci ressemblant à un bec.
STAT. — Fréq. abs. littér. :227. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 194, b) 254; XXe s. : a) 586, b) 310.
BBG. — WIND 1928 p. 38 (n. 2).

béquille [bekij] n. f.
ÉTYM. 1611; probablt de béquillon « petit bec » (→ 1. Béquillon), la traverse supérieure ayant la forme d'un bec; ou de bec, avec infl. de l'anc. franç. anille « béquille », du lat. pop. anaticula « petit canard ».
1 Bâton, canne surmonté d'une traverse sur laquelle on s'appuie pour marcher. Anille (vx); 2. béquillon. || Les infirmes, les estropiés marchent à l'aide de béquilles. 2. Béquiller. || Béquille placée sous l'aisselle. || Un porteur de béquilles. Béquillard. || Il marche encore avec des béquilles, mais ça va déjà mieux. || Béquille de bois, à deux montants. || Béquilles métalliques.
1 Un petit garçon fort gentil, mais boiteux qui, clopinant avec ses béquilles (…)
Rousseau, Rêveries…, 6e promenade.
2 Une très vieille femme boiteuse, appuyée sur une béquille, traversait le cimetière (…)
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, IV, 8.
2.1 Sa jambe gauche paraît hors d'usage; il marche à l'aide d'une béquille de bois placée sous l'aisselle, dont il se sert avec adresse, à en juger par la rapide manœuvre qu'il vient d'exécuter (…)
A. Robbe-Grillet, Dans le labyrinthe, p. 84.
Béquille d'avant-bras : canne munie d'une poignée perpendiculaire, sur laquelle on peut s'appuyer, et prolongée par un dispositif soutenant le coude (syn. : canne anglaise). 2. Béquillon.En appos. || Canne béquille.
Par métaphore. Appui, soutien; aide, secours.
3 Mon esprit ne peut faire un pas, sans les béquilles du raisonnement.
Proudhon, in P. Larousse.
4 (…) le droit leur semble une béquille pour infirmes (…)
R. Rolland, l'Âme enchantée, t. III, p. 247.
5 (…) j'ai donné de l'importance à Mariette parce que j'avais souhaité qu'elle en prît, ce qui prouve que l'écriture constituait alors pour moi une béquille.
Jacques Laurent, les Bêtises, p. 286.
Argot. a Vx. Potence de pendaison. Béquillard, 2. béquiller (argot).
b Jambes. Canne, quille. || Tu tiens plus sur tes béquilles !
2 Techn. Instrument ou dispositif de soutien, de support. Cale, étai, étançon, tin. || Mettre une béquille sous une voiture. || Béquille escamotable de moto, de bicyclette.
6 Arrivé à l'entrée du village d'Ohldorf, mon petit cycliste s'arrête, hisse sa machine sur sa béquille et s'éloigne.
M. Tournier, le Roi des Aulnes, p. 335.
(1831). Mar. Pièce de bois ou de métal destinée à maintenir droit sur sa quille un bateau échoué. || Une paire de béquilles. || Étayer un bateau sur ses béquilles. 2. Béquiller.
Aviat. (anciennt). Pièce sur laquelle repose la queue d'un avion au sol.
Support (d'une arme à répétition) au sol. || La béquille d'un fusil mitrailleur. || Démonter la béquille.
Techn. || Pont à béquilles, fait de poutres à béquilles, poutres dépendantes de leurs appuis verticaux.
3 Techn. Instrument dont la forme rappelle celle d'une béquille.
(1782). Agric. Instrument servant à faire de légers labours. 2. Béquillon (syn.), ratissoire.
(1867). Poignée transversale sur laquelle on appuie pour ouvrir une serrure. Syn. : bec-de-cane ( Bec, 5.). || Clef à béquille : en forme de T.
Poignée qui était placée sous la batterie des anciens fusils de chasse pour prévenir les accidents.
(1935). Méd. || Sonde à béquille, ou, ellipt, béquille : sonde chirurgicale à l'extrémité coudée.
Extrémité d'un manche en forme de T. || Manche à béquille d'une fourche (ou manche à pommeau).
4 (1930). Régional (Canada). Échasse.
DÉR. Béquillard, 2. béquiller, 2. béquillon.
COMP. Débéquiller.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Bequille — Béquille Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le mot béquille peut avoir plusieurs significations : en médecine, une béquille est un support aidant les personnes infirmes à avancer.… …   Wikipédia en Français

  • béquille — BÉQUILLE. s. f. Sorte de bâton, qui a par le bout d en haut une petite traverse, sur laquelle les vieillards ou les gens infirmes s appuient pour marcher. Il ne marche plus qu avec une béquille, qu avec des béquilles …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bequille — BEQUILLE. s. f. Sorte de baston dont les vieillards, ou les gens infirmes se servent pour s appuyer. Il ne marche plus qu avec une bequille …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Béquille — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le mot béquille peut avoir plusieurs significations : en médecine, une béquille est un support aidant les personnes infirmes à avancer. Exemple  …   Wikipédia en Français

  • BÉQUILLE — s. f. Sorte de bâton surmonté d une petite traverse, sur lequel les vieillards, les gens infirmes ou estropiés s appuient pour marcher. S appuyer sur une béquille. Marcher avec des béquilles. Il ne peut faire un pas sans béquilles, qu avec des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • béquille — (bé ki ll , ll mouillées, et non bé ki ye) s. f. 1°   Bâton surmonté d une petite traverse sur lequel on appuie la main ou l aisselle, et dont les gens infirmes se servent pour marcher.    Fig. •   L Europe qui marche à béquilles, Riche goutteuse …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BÉQUILLE — n. f. Sorte de bâton surmonté d’une petite traverse, sur lequel les vieillards, les gens infirmes ou estropiés s’appuient pour marcher. Marcher avec des béquilles. Il ne peut faire un pas sans béquilles. Il ne peut marcher qu’avec des béquilles.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • béquille — nf. ; bâton solide servant d appui à un infirme ou à un convalescent ; béquille pour faire tenir debout une moto : KROSSA (Albanais.001.BEA., Annecy, Thônes.004), krôsha (Leschaux), krokha (Samoëns) ; bèkilye (001,004, Aix, Villards Thônes), R.… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • béquille — Potence …   Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot

  • Bequille laterale — Béquille latérale …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.